Accueil Entre réalité et Fiction CHAPITRE 3 – 2EME PARTIE : KAYLA S’EN MELE

CHAPITRE 3 – 2EME PARTIE : KAYLA S’EN MELE

Par Sébastien Hervé
CHAPITRE 3 – 2EME PARTIE : KAYLA S’EN MELE

Chapitre 3-Partie 2 : Kayla s’en mêle.

 

Tokyo, le 07 Mai 2016 – 01 : 30

Je n’ai pas le temps d’admirer le cataclysme qui vient de se produire. Une déflagration qui pourrait illuminer deux ou trois galaxies à la ronde. Ou peut-être est-ce mon complexe de Terrien et ma folie des grandeurs. Terrien ? Pas si sûr… Je suis épuisé, lessivé, crevé, lavé… Aucun mot ne peut illustrer mon état physique à cet instant. Autant que je me souvienne, jamais de ma vie je ne me suis autant battu pour une cause, pour un idéal. Pendant des années, ce fût une manière d’expier mes hontes, mes craintes et mes erreurs. Je ne sais pas ou est passée Kayla. Elle a probablement réussi à s’en sortir elle aussi.

il est temps de retourner sur le “plancher des vaches”. Au fur et à mesure de mes analyses constantes (finalement inhérentes et indissociables à ce que je suis et ce que je représente), je commence à perdre de l’altitude pour m’écraser sur un sol salvateur : une étendue d’herbe au milieu de la banlieue Tokyoïte. Mes yeux bleus glacés commencent à virer à nouveau au marron foncé au moment où mon index fait pression sur ma combinaison.

Je vois des données qui s’évaporent dans l’air.  J’admire cette belle tonalité noire et bleue qui se dissipe progressivement. Un beau feu d’artifice interne à ma personne qui n’a rien à envie à celui, bien plus massif, dont j’ai été l’un des protagonistes. Un peu de repos, un peu de quiétude, après le combat de ma vie.

Mon corps tout entier doit être à la même température que l’océan arctique en pleine période hivernale. C’est paradoxal étant donné la période de l’année dans laquelle nous nous situons. Mais bon sang, qu’est ce que j’aime ce froid, cette sensation glaciale. Alors que je viens d’ une société occidentale qui fait la part belle à la “chaleur”, au “sang chaud”, ce coup de blizzard continuel que j’ai reçu depuis plusieurs années m’a complètement guéri. Je suis un nouvel homme. Mais je reste humble. Pas de faux récit de super-héros de pacotille gonflé à la testotérone. Je suis juste heureux d’être enfin ce que je suis. Heureux d’avoir pû apporter ma contribution dans ce monde qui se meurt.

-Timo, ダイジョブ?

Revoilà, Haruka. Fidèle à son poste.

– げんき です! lui répond-je, non sans tituber un peu à mesure que je me relève laborieusement.

A peine le temps de réagir que je ressens ses bras m’étreindre en un instant. Quel cliché. Le pseudo sauveur de l’humanité qui étreint celle qu’il a toujours aimée après un final épique. Sauf que sans elle, je ne serai jamais arrivé là où j’en suis aujourd’hui. L’héroine de l’histoire, c’est elle. Pas moi. Je ne parle pas seulement de son affection ou de son soutien qui est indéniable. Non! je fais référence à son expertise et à son talent.

 

Berlin, le 13 Octobre 2006 – 07 : 30

-Mais c’est quoi ce bordel?

Des rêves, j’en ai fait un tas. C’est le propre de l’être humain. Mais pourquoi ce rêve est-il en connexion totale avec ma vie actuelle? Est-il prémonitoire? Mes croyances spirituelles sont assez peu développées et ne me permettent pas d’assumer un tel choc moral au moment où je me réveille encore d’une nuit alcoolisée. J’ai tant de questions, tant d’interrogations suite à ce réveil brutal. Pourquoi je suis dans le costume de Kayla teinté de bleu et noir? Haruka??? Pourquoi je vole? C’est quoi ce truc avec le froid? Et Tokyo? etc.

Je suis déjà un pseudo philosophe raté dans ma tête. Pourquoi mon esprit me joue des tours au point de me faire miroiter un futur glorieux avec quelqu’un que je connais à peine. C’est à croire que, même dans mon sommeil, mes neurones n’arrivent pas à se mettre en mode “ne pas déranger”. Mode “Ne pas déranger”? Une autre vision du futur, ou une simple invention de ma part?

Je sature complètement. Je n’en peux plus. Comme dans mon rêve, je suis épuisé. Mais c’est un épuisement négatif. Je cherche ma route. Je donne toutes les bonnes volontés possibles. Malgré tout ça, tout est si flou. Je n’arrive pas à déceler le vrai du faux. J’ai besoin d’aide.

-Effectivement! me répond Kayla qui espionnait par la fenêtre de mon humble demeure.

-Mais d’où tu sors toi? lui répond-je blasé.

Aucun mot. Juste un signe de la main. Comme pour m’escorter de la suivre. A croire que j’aurais plus de réponses en sortant de mon lit qu’en restant à l’intérieur. Et pendant ce temps là, Kayla me regarde avec insistance…Quelle psychopathe!

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire