Accueil Billets d'opinion Coronavirus : Analyse d’une pathologie mentale.

Coronavirus : Analyse d’une pathologie mentale.

Par Sébastien Hervé
coronavirus

Le titre peut paraître provocateur. Oui, ce virus existe. Oui, il peut être dangereux pour certaines personnes. A tous les adeptes de complots ou de théories conspirationnistes, je ne suis pas là pour appuyer une énième thèse farfelue quant à la véracité d’une (énième?) pandémie. On nous a fait le coup depuis la grippe porcine en 2009. Ce que je constate, c’est que l’on retombe inexorablement dans nos travers pathétiques.

La communication est bien rodée autour de cette nouvelle maladie 2.0. A l’image d’un nouveau système d’exploitation, d’un nouvel Iphone, les marchands de psychose vendent leur nouveau “bébé” à merveille. Il est là le problème. Oui, c’est vrai, ce virus tue! Pourtant, tous les autres fléaux combinés qui nous guettent chaque jour sont à peine relayés (et encore moins solutionnés) ces derniers temps, laissant place à notre nouveau “compagnon” morbide. J’avais promis de ne pas alimenter une énième théorie conspirationniste, mais c’est mal parti. La vie humaine est définie par le fait qu’elle est fragile. Mais jamais autant qu’aujourd’hui le sort de notre humanité ne parait aussi incertain. Guerres, famine, immigration massive, ultra-violence décomplexée, féminicides, dégradation de notre cadre de vie, banalisation du cancer sous toutes ses formes… Non, Ce n’est rien de tout ce que j’ai mentionné précédemment qui va nous tuer, c’est le Coronavirus. On a le droit de contester? “Non, tais-toi et manges ce que l’on te donne”. Désolé, je m’imagine déjà un dialogue de sourds entre moi-même et les hautes autorités nationales qui se sentent pousser une auréole au dessus la tête car elles nous alertent pour notre bien. Dorénavant,on parlera sans filtre.

Face au virus, l’affollement est-il productif?

Psychose de la quarantaine, fermetures des lieux publics, stigmatisation des Chinois : on ne lésine pas sur les moyens. C’est un véritable film post-apocalyptique dont même les scénaristes d’Hollywood (oui, encore eux), n’auraient pas pu imaginer. Cette psychose mentale est fascinante. Les médias, intermédiaires de choix entre la populace et les  instances médicales servent de trait d’union pour alimenter cette peur. Cela en devient presque risible. Regard grave, ton journalistique toujours aussi robotique : certains humoristes de la sphère du Web sauront mieux les imiter que moi…rien n’est oublié pour creuser le terreau de cette psychose galopante.

Maintenant que tout le monde tremble devant ce nouveau mal de la décennie, une question me taraude : N’est ce pas une aubaine pour légitimer encore plus le fait de contenir une population devenue incontrôlable? Une sorte de trêve “médicale” pour permettre à nos monarques de se reposer après une crise des gilets jaunes qui lui a donné du fil à retorde? Confiner les gens dans le but de les discipliner : pour cela, le coronavirus pourrait remplir son rôle avec succès.  Encore une fois, je ne dis pas que que le coronavirus a été créé dans ce but. Mais on va dire que son entrée dans l’équation arrive à point nommé.

La Chine, premier dommage collatéral de cette psychose ?

A-t-on le droit de dire bonjour à un ressortissant Chinois? peut-on manger Chinois? doit-t-on changer de trottoir si l’on croise un Chinois? Va-t-on encore réfuter le fait que l’on  bascule actuellement dans une pathologie mentale? Et là, on les entend plus les “touche pas à mon pote”. Bizarre non? Peut être que que l’empire du milieu, discriminé ces derniers temps n’a pas le droit à sa part de victimisation. Pratiquer un racisme éhonté contre la population asiatique sous couvert d’une urgence sanitaire parait risible quand on voit des associations  se battre à ce point pour défendre d’autres communautés plus rentables en ce qui concerne le politiquement correct (d’ailleurs j’avais déjà mentionné cet état de fait dans un précédent article : https://laplumebinaire.fr/le-politiquement-correct-gangraine-de-notre-societe/).

L’année 2020 va littéralement nous “rouler” dessus comme un train à pleine vitesse (un TGV, pas un train Corail. Soyons un minimum crédibles). C’est ce que l’on nous promet. A l’heure où l’humanité à besoin de bien être et de quiétude, on continue encore plus à alimenter cette peur. Cette paranoïa ambiante déstabilise irrémédiablement la fragilité mentale de nos “concitoyens”. Ces derniers sont dépassés par ce cirque médiatique à cause d’une maladie qui tue certainement beaucoup moins que la bêtise elle-même. Notre monde a pourtant bien besoin d’une réinitialisation massive. Cette crise sanitaire actuelle ne fait pourtant qu’une seule chose : temporiser et remettre à demain la résolution de conflits et problèmes bien plus importants. Cette hystérie ambiante nous empêche de garder notre sang froid alors que notre société actuelle aurait bien besoin d’une thérapie globale pour s’extirper de cette affection psychiatrique.

De plus, et même si je ne remets pas en cause la gravité de ce virus, doit-on pour autant risquer la vie de certaines personnes étant atteintes de pathologies bien plus graves ?  (en reportant ou en mettant presque en salle d’attente toutes les tumeurs et cancers en tous genres?) Oui, ça ne fait pas les gros titres, mais le nombre de cancers a augmenté de 25% en près de quarante ans. Le cancer ne se transmet pas, mais ça ouvre le débat sur notre mode de vie qui est responsable des “malus” que nous récoltons par à coups. Notre nouvelle grippe des années 2020 en est la belle représentation.

Ne vous méprenez pas. La gravité que représente le coronavirus est réelle. Mais ne payons nous pas plutôt le tribut du mode de vie mentionné au dernier paragraphe? N’est ce pas en amont qu’il aurait fallu agir avant de transformer notre pays en “holocauste” à ciel ouvert( oui les mots sont forts, mais mon site ne s’appellerait pas le “crayon toxique” si je ne savais pas manier l’exagération) ? Payer en décalé les errements d’un système qui se meurt est cher payé pour les personnes les plus fragiles. Ces personnes qui n’attraperont peut être pas ce virus, mais qui, en revanche, seront dans la liste des victimes collatérales indirectes.

En date du 10 Avril 2020, nous sommes toujours en confinement depuis plus de trois semaines. Je tiens à préciser que cet article n’a pas pour but de créer une désobéissance nationale face à un confinement qui est devenu indispensable. Malgré tout, je maintiens mes propos du mois dernier : Créer une psychose mentale, relayée par les médias pour faire peur sous couvert de la sécurité n’est pas crédible quand elle n’est que la conséquence d’actions “hasardeuses” menées depuis bien trop de décennies. Dans ce contexte, on ne peut pas empêcher la défiance des “citoyens”. Je vais malgré tout finir sur une note positive : Peut-être que cette situation est en quelque sorte une manière de redistribuer les cartes. Peut-être est-ce une façon pour chacun, moi le premier, de revoir nos habitudes de vie. Peut-être que l’être humain a les capacités de faire machine arrière alors qu’il ignore depuis bien trop longtemps les signaux d’avertissement qu’on lui envoie. Restaurer notre monde à l’état d’usine. Changer notre système d’exploitation : peut-être que cette décision sera la meilleure à prendre… une fois sortis de cette impasse sanitaire. L’humilité sera-t-elle le maître mot de cette nouvelle décennie? Seul l’avenir nous le dira…

 

Sources :

https://www.egora.fr/actus-pro/e-sante/57473-un-site-surfe-sur-la-psychose-du-coronavirus-et-propose-des-arrets-gratuits

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/coronavirus-en-italie-a-franchi-le-cap-de-la-psychose-mais-il-ne-faut-pas-s-affoler-en-isere-1582619365

https://www.bfmtv.com/economie/ce-n-est-plus-une-blague-la-biere-corona-souffre-vraiment-de-son-association-avec-le-coronavirus-1865325.html

https://www.vice.com/fr/article/xgqye4/les-malades-imaginaires-du-coronavirus

https://www.youtube.com/watch?v=vkJDZ9LaK_w

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire